Initiative

Paix au Proche-Orient

Doit-on se préoccuper de la situation au Proche-Orient ? Indépendamment des considérations humanistes qui conduisent l’action de tout homme libre, probe et de bonnes mœurs, la communauté internationale porte une responsabilité incontestable puisqu’elle est à l’origine de cette situation, ayant décidé le partage du territoire aujourd’hui disputé.

Cette responsabilité est d’ailleurs proclamée par les actions entreprises à l’extérieur de celui-ci.

Il n’est pas besoin d’être devin pour présumer que l’issue strictement militaire du conflit du Proche-Orient sera longue, douloureuse, sanglante, ruineuse et de plus, provisoire.

Faut-il être Grand Orateur pour persuader les Parties en présence que le prix du sang à payer est démesuré par rapport au prix des concessions à consentir pour parvenir à la paix dans des conditions que tout homme sensé pressent à portée de la main.

Outre le problème de l’eau dont personne ne parle et qui est pourtant crucial et qu’il faudra bien régler le moment venu, trois grandes questions demeurent aujourd’hui en suspens : les réfugiés, les colonies, Jérusalem.

Avant d’envisager chacun de ces problèmes, il convient de rappeler quelques règles de portée générale dont l’application permettra d’envisager sereinement les règlements particuliers qu’ils nécessitent.

Il doit être tout d’abord convenu qu’aucun préalable ne saurait être posé à l’ouverture de discussions : en effet, chacune des Parties en présence est surabondamment pourvue d’extrémistes de tout poil (à commencer par ceux disant que l'Autre ne veut pas la paix) prêts à tout pour enrayer le processus de paix à engager. Poser un tel préalable est faire leur jeu et chacun doit savoir que ces actions ne cesseront pas, même après la conclusion de la paix, qui devra nécessairement prévoir la coopération des services de police de chacune des Parties éventuellement, voire nécessairement assistées des polices de gouvernements étrangers ayant tout autant intérêt à la paix et ayant déjà supporté ces mêmes actions.

Il doit être tout aussi clairement proclamé qu’outre la renonciation au recours à la force, les Parties conviennent de régler les éventuelles questions ultérieures entre elles, par l’intervention de la Cour Internationale de Justice de La Haye, intervenant soit directement, soit comme juridiction du deuxième degré sur recours d’une décision juridictionnelle paritaire, parité éventuellement complétée de tiers choisis d’un commun accord au moment de la conclusion du traité de paix.

Enfin, ce traité devra prévoir la libre circulation dans l’ensemble des territoires des Parties, voire consacrer la liberté d’établissement, chacun des établis pouvant conserver sa nationalité et bénéficier d’un droit de séjour tel qu’il est habituellement concédé dans les autres nations.

Ces prémisses posées, on peut envisager la solution des trois questions sus-évoquées de la façon suivante : 

Fraternité Essonnienne Universelle

Fraternité essonnienne universelle

Loge maçonnique du Grand Orient de France

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player